Archives de catégorie : Divers

Top 4+1 « Ma premiere aventure » Livre dont vous êtes le heros pour enfants

La collection ma première aventure

Le suspense est à son comble, la salle est debout, tout le monde attend :

  • rendez-vous page 4 connaitre le grand vainqueur du combat
  • rendez-vous page 3 pour connaître le vice champion
  • rendez-vous page 2 pour l’avant-dernier boubouboubou…
  • rendez-vous ci-dessous pour en lire le détail
  • si vous êtes futés, vous trouverez sûrement le « +1 »

Bon déjà comme je déteste les « tops », je ne vais pas vous faire languir plus longtemps, mais vous devriez déjà savoir un peu de quoi on parle.

Le classement des nommés est donc (j’explique pourquoi plus bas) :

  1. « Ma première aventure » : en quête du dragon
  2. « Ma première aventure » : voyage en Terre ocre
  3. « Ma première aventure » : l’odyssée du Phobos
  4. « Ma première aventure » : la découverte de l’Atlantide

Alors oui, d’accord, mais pourquoi me direz vous ?

Eh bien, je vais tenter de vous donner mon sentiment sur chacun. Il est bien sûr personnel et reflète mon expérience. La vôtre pourra être bien différente (et dépendra aussi de vos enfants ou de vous, espèce de grand enfant). Pour être complet, j’ajoute que je les ai faites avec mon fils de 4 ans, maintenant 5…et très bientôt 6. On a eu à peu près à chaque fois le livre lors du premier mois de sortie. Enfin, mon fils adore lire « les images » (pour le texte, ça commence), bref il feuillette et refeuillette…on y revient plus tard :mrgreen: .

Pas de divulgâchage dans la suite bien entendu…

Alors l’Atlantide, ça ne te plait pas ?

Je ne l’ai pas encore dit, mais le fait d’être quatrième n’en fait pas, loin de là, un mauvais bouquin. Sans avoir compté, je pense qu’on a dû faire cette aventure au moins une trentaine de fois (sans compter les fois où il l’a fait tout seul). Donc un investissement plus que rentable !

En fait, mon plus gros reproche concerne les fins, oui, vous le savez (désolé sinon), il y a plusieurs fins. Eh bien dans celui-là, deux des trois sont identiques (ou presque identiques, si vous me passez l’expression). Autant dans En quête du dragon, vous avez une quintessence de la fin multiple, avec même deux supers coups de théâtre ! Autant dans celui-là, ça tombe un peu à plat (même si elles restent thématiques).

Dans les points positifs, on note la thématique parfaite et les illustrations magnifiques. La petite surprise terrifiante (mais pas trop hein, sauf quand c’est moi qui lit 😉 ) fait son effet (ou l’a fait en tout cas). Les différents « personnages » sont tous attractifs.

Dans l’espace, tu ne peux pas crier, enfin si.

Ma première aventure : l’odyssée du Phobos (Tome 3)

Est-ce parce que le tome 2 est tombé à plat ou non ? Celui-là est très bien passé. L’espace pour les (mon) enfants, c’est cool. On était à fond dans la BD « Dans la combi de Thomas Pesquet » (que je vous recommande pour vous et quelques passages pour les enfants, même si maintenant c’est un peu moins passionnant – en attendant qu’il reparte). Toujours un peu le même problème des fins qui se ressemblent beaucouuuuuuuup… Mais je ne sais pas pourquoi, ça gêne moins. D’ailleurs, avec mon petit futé (tricheur), on tombe souvent sur la même fin… Peut-être un univers plus varié ? J’aime personnellement beaucoup le style graphique.

Bienvenue en terre ocre inconnue

Ma première aventure : voyage en terre ocre
La tome 4 : Ma première aventure : Voyage en terre ocre.

A vrai dire, j’étais un peu sceptique sur le thème et finalement ça passe super bien avec les enfants. Les 3 personnages sont bien différents et attachants. Pour rédiger cet article, j’ai été relire les fins, n’ayant pas de souvenir de la « pire »… Et, en fait, je découvre qu’on n’est jamais tombé dessus. En bref, je ne l’avais jamais lue. J’y vois plusieurs explications :

  1. Nous sommes supers forts (oui c’est possible, on s’habitue au style, aux décisions et aux pièges).
  2. Il y a un petit espion qui cherchent les bons chemins avant de jouer (ça c’est sûr). D’ailleurs, il est fréquent que ça soit moi qui choisisse le personnage joué en début de partie, sinon la fin est courue d’avance.
  3. Il n’est pas possible de tomber dessus. Je laisserai l’éditeur réagir sur ce point (bon j’ai pas fait le plan du livre mais j’imagine qui « si » c’est possible).

Bref, une seconde place bien méritée et je reste encore un peu bluffé par le thème et son intégration parfaite avec un petit côté écolo.

Donjons et Dragons sixième édition, c’est par là…

Alors, là pas grand chose à dire que je n’ai pas déjà dit ici : notre article sur le tome 1.

Le fait d’être le premier paru est probablement le petit plus. Vous pouvez également voir mon commentaire sur les différentes fins et les 2 coups de théâtre.

« Et le SAV, il est comment ? »

« Et sinon ça se répare ces bouquins parce que les roues là, elles ne doivent pas être solides ? » Alors en utilisation normale, aucun problème… Par contre, quand un bébé dragon de 2 ans joue avec…euh… Bah oui les roues, elles s’arrachent « facilement », c’est-à-dire que « l’attache parisienne métallique » déchire le carton, et la roue et son attache ne sont plus accrochées au livre. Oups.

En fait non, un peu de « super glue » sur la tête métallique, un peu du côté carton et ça tient ! Et je le sais parce que j’ai déjà fait ça 5 fois, dont 2 fois sur la même… Oui, le grand frère dragon n’arrive pas encore à voler pour ranger ses grimoires hors de portée de bébé dragon.

Pour conclure ?

Je vous livre, en exclusivité / avant-première mondiale, mon classement incluant le Tome 5 qui arrive sous peu en boutique (décembre). Roulement de tambours… Ah bah non en fait je n’ai pas encore pu le lire (Game Flow / Père Noël, si vous m’entendez, j’ai été très sage).

Bientôt un autre article sur 2 autres livres jeux (alias Châtons et dragons chez Makaka édition et Dreamquest chez Elixeer).

N’hésitez pas une seconde à offrir n’importe quel tome pour Noël aux grands et petits. N’oubliez pas les boutiques physiques ou leur click and collect (et évitez surtout les gros sites en ligne, d’autant plus s’ils ne sont pas français).

D’ailleurs, vous pouvez utiliser ce lien, pour la boutique (en ligne) de notre partenaire (même si vous êtes à côté de la boutique physique d’Annecy en Haute Savoie).

Black skull island, le jeu des vacances entre ami(e)s

La boite de la première version éditée chez Strawberry studio. Rien de changé par rapport à la VF si ce n’est le logo de Matagot 🙂

Voilà, nous on rentre de vacances, du coup, on peut vous le dire si vous êtes plusieurs : c’est le jeu qu’il vous faut. Pour faire simple, les règles tiennent en 1 ligne :

tu joues un personnage parmi les 2 que tu as et tu verras bien ce qu’il se passe quand on révélera.

Pour élaborer un peu, chaque joueur commence la partie avec 2 personnages et une pièce (qui est en fait un butin :mrgreen: ). A chaque tour, on va jouer un de ses 2 personnages face cachée. Lorsque tout le monde a fait cela, on révèle et on résout dans l’ordre (oui, les personnages ont un numéro dans le coin supérieur gauche). On va ainsi pouvoir récupérer (en volant par exemple un autre joueur) des butins (ou des pièces) ou échanger son personnage…

Quelques personnages fournis par Matagot pour vous faire une idée des possibilités. Attention, suivant le nombre de joueurs, tous ne seront pas là.

Au fait, vous gardez vos personnages pour toute la partie (enfin ça c’est la théorie ). Il peut vous arriver :

  • de passer votre tour
  • d’échanger votre carte avec quelqu’un d’autre (et éventuellement de rejouer)
  • d’échanger votre personnage en main
  • etc

Et la partie prend fin lorsque quelqu’un a 7 butins à la fin d’un tour (parce que ça peut varier en cours de tour aussi).

Un avis : c’est rapide (la première partie à 5 – on découvrait donc les cartes – 19 minutes – on aurait pu faire moins mais des petits malins se sont acharnés 😉 ). C’est chaotique, mais c’est rapide. Cela peut se jouer de 2 à 9 (plus on est de fous, plus c’est le bordel méchant). Je n’ai pas testé à 2 mais il y a un petit ajustement de règles : on commence avec 3 cartes personnage au lieu de 2, par contre à chaque tour, on en joue 2. C’est sûrement un peu plus taquin (vu qu’on va vite connaitre les autres personnages…).

Le conseil de pro : portez vos masques en jouant, parce que vous allez forcément finir par postillonner en criant : « MAIS POURQUOI MOI !!! »

J’ajoute un point de règles pour lequel l’auteur a répondu ici (en anglais) : la carte retirée n’est pas en jeu et ne peut donc être ciblée que si c’est indiqué sur le pouvoir du personnage ex : 6 égorgeur.

Vous pouvez bien sûr acheter ce jeu chez notre partenaire Ludocortex (en promotion à 13.50€ en ce moment).

Nagaraja la video des règles avec Stephanie

La boite de Nagaraja (en un mot)

Nagaraja est un jeu de Bruno Cathala et Théo Rivière pour 2 joueurs édité chez Hurrican. Il s’agit d’un jeu de course dans lequel vous allez explorer un temple pour retrouver des trésors (et surtout ne pas finir maudit).

C’est Stéphanie de chez Hurrican qui vous présente les règles détaillées. La fin de partie est simple : le premier a obtenir 25 points de trésors gagne ! Petite subtilité si vous possédez les 3 trésors maudits vous avez alors perdu…

On notera la présence de dé en forme de bâtonnets qui est assez rigolote et qui change un peu des traditionnels dés cubes. Les illustrations de Vincent Dutrait devraient vous ravir également.

Bref, je vous laisse regarder la vidéo des règles.

Voilà c’est tout ! Si vous souhaitez acheter ce jeu, je vous conseille la boutique de notre partenaire Ludocortex en promo avec le petit code qui va bien et qui s’il est toujours actif devrait s’afficher en haut de cet article 🙂 . (29.90€ sinon).

En quête de dragon, ma première aventure, le livre jeu pour enfant !

Le tome 1 : En quête du dragon

En quête de dragon, mon premier livre d’aventures, le livre (BD) est une version adaptée aux enfants des livres dont vous êtes le héros. Je l’ai découvert, par hasard, en organisant l’anniversaire de mon fils de 4 ans. Je vous explique comment et pourquoi après une petite introduction façon tranche de vie.

Nous avions donc prévu d’inviter 5 enfants pour les 4 ans de mon fils, son premier vrai anniversaire (c’est-à-dire celui où l’on fait la fête, et surtout celui où l’on joue 😊 ). Nous avions déjà imaginé une chasse au trésor annoncée dans les invitations. Celle-ci contenait en effet un petit message caché « façon puzzle ».  Si cela vous intéresse, je vous livre les secrets de la première animation en bas d’article…

Il nous manquait donc une seconde activité, j’avais prévu (espéré) réaliser une petite partie de jeu de rôle (en grandeur nature) et je m’étais donc tourné vers « Petits détectives de monstre ». Après la lecture du bouquin de règles, peut-être par peur du challenge avec 6 jeunes enquêteurs n’ayant pas forcément une culture jeu (ou plus probablement vu ma maigre expérience de MJ – maitre de jeu – celui qui guide les joueurs), je me suis mis à chercher autre chose et je suis tombé sur « En quête de dragon ». Le jeu était déjà en rupture dans mes boutiques habituelles (et ça risque d’être le cas un peu partout à l’heure où vous lirez ces lignes). J’ai réussi à me le procurer à Grenoble dans une boutique en dur, il restait de nombreux exemplaires… Et la société d’édition Game Flow est basée à Grenoble, coïncidence ?

Donc à peine apporté à la maison, une semaine avant la date fatidique, l’aventure commence. Première partie rondement menée en 10 minutes environ, une demi page d’introduction pour comprendre comment fonctionne le jeu/livre. Mon fils de presque 4 ans n’a eu aucun problème à jouer/lire (oui, enfin c’est quand même moi qui lisait hein).

Voilà comment cela fonctionne :

Au début de l’aventure, vous devez choisir parmi 3 personnages avec des noms particulièrement bien choisis, au moins pour l’un d’entre eux. Je ne vous gâcherai pas cette petite découverte.


Ensuite, le livre est découpé en 5/6 sections suivant si on compte la dernière ou non. Chaque section est une grande page (celle de gauche) présentant la « scène » avec un petit texte d’ambiance et surtout un joli dessin. La page de droite est découpée (physiquement j’entends) en trois parties chaque partie proposant 2 alternatives suivant si vous êtes tel ou tel personnage, ou si vous avez l’équipement requis. Une fois le choix fait, vous tournez donc ce tiers de page pour voir ce qu’il va vous arriver… et vous tomberez comme par magie sur une nouvelle grande page à gauche, etc.

Ensuite, le livre est découpé en 5/6 sections suivant si on compte la dernière ou non. Chaque section est une grande page (celle de gauche) présentant la « scène » avec un petit texte d’ambiance et surtout un joli dessin. La page de droite est découpée (physiquement j’entends) en trois parties chaque partie proposant 2 alternatives suivant si vous êtes tel ou tel personnage, ou si vous avez l’équipement requis. Une fois le choix fait, vous tournez donc ce tiers de page pour voir ce qu’il va vous arriver… et vous tomberez comme par magie sur une nouvelle grande page à gauche, etc.

A gauche, la page complète. A droite la page coupée.

Alors vous vous demandez sûrement ce qu’il se passe à la fin ? Eh bien… je ne dirai rien si ce n’est que c’est très bien pensé.

Voilà une semaine plus tard et après environ 15/20 aventures, j’ai pu faire jouer 5 chercheurs de dragons en mettant au vote les choix proposés par le livre.

Petite remarque : si vous faites jouez plusieurs enfants, il va probablement falloir broder (ou mieux leur expliquer) les votes. Personnellement, à chaque choix je les faisais voter à main levée. Au début, chacun choisissait selon son instinct. A partir du milieu, ils votaient à chaque fois pour chaque proposition. Les enfants m’étonneront toujours 😊.

Autre question (que je me posais également) : la rejouabilité… En fait, si vous lisez à vos enfants (en tout cas le mien est comme ça), il ne se lasse jamais de (se faire) lire, et relire, et rerelire, rererelire… Et j’ai même appris de la bouche de l’illustrateur (Arnaud Boutle) que les jeunes enfants adorent connaitre l’histoire avant même de la lire, cela doit les rassurer. Et effectivement vous vous retrouverez probablement à refaire le même parcours plusieurs fois, même si ce n’est pas le plus « optimisé », ce qui est assez rageant… Personnellement j’essaie de jouer le jeu, même s’il m’arrive parfois d’essayer d’influencer les choix. Vous pourrez me confirmer votre expérience en commentaires…

(Pour les plus grands enfants, ils peuvent ensuite s’amuser tout autant à lire cette histoire, cette fois-ci de manière autonome, peut-être avec de l’aide au début).

Les fidèles le savent, j’essaie autant que faire se peut de ne pas donner mon avis, mais là, vous l’aurez compris, c’est un chef-d’œuvre, que je vous conseille si vous avez des enfants!

D’ailleurs l’une de mamans présente (elle n’a jamais eu le droit de partir contrairement aux autres), a souhaité acheter le jeu. La vie faisant (parfois bien les choses), son fils l’a reçu pour son anniversaire de la part du mien… Et comble de bonheur, j’ai eu la chance de rencontrer l’illustrateur pour y ajouter une petite dédicace.

Merci M.Arnaud Boutle

Une petite demi-heure de discussion pour apprendre en vrac :

  • Que les 2 autres tomes sont déjà prêts. Le premier sortira pour Cannes probablement avec une nouvelle illustratrice. Le second un peu plus tard dans l’année est dessiné par lui-même.
  • Le système de roue sera probablement changé dans les prochaines éditions à cause de l’attache parisienne.
  • Il dessine sur un ipad pro avec stylet (moi personnellement je ne m’y attendais pas, malgré les annonces marketing d’Apple et vu mon niveau de dessin).
  • Il m’a conseillé un film d’animation : « Brendan et le secret de Kells » de Tomm Moore, pour retrouver le même style de dessins. (Attention, je ne le conseillerai pas à 4 ans. Il était d’ailleurs du même avis).
  • Dans un autre style, mais bien aussi toujours de Tomm Moore : « le chant de la mer ». Ca passe pour nous à 4 ans.
Petit teasing : ça sort pour Cannes dans quelques jours… et ça sera obligatoirement dans ma valise lors de mon retour…

Les parents pourront également trouver des échos à des univers qu’ils connaissent et aiment par ailleurs : Le Seigneur des Anneaux, notamment… (Deuxième niveau de lecture et d’enquête).

A vos marques, prêts, lisez !

Et sinon la fin de l’anniversaire :

Un petit conseil n’hésitez pas à lancer plusieurs vagues d’invitation, en demandant confirmation de la présence avant la date prévue, sinon votre enfant (et vous) risquez d’être déçu.

La première activité étant donc presque faite : message caché, placé partiellement sur toutes les invitations, qui emmène vers une boite au trésor. Malheur celle-ci est vide ! Heureusement un ours en peluche a eu le temps de faire une photo du lutin qui a tout volé. Oh mais non le lutin a déchiré la photo en mille morceaux (non mille c’est trop…). C’est bien joli d’avoir la photo du lutin, mais comment savoir où celui-ci est parti ? Tiens une trace de pas de lutin sur le carton vide, tiens une autre sur le mur (vive le scotch de tapissier). Oh le sac a dos que portait le lutin sur la photo… avec dedans un plan qui indique l’emplacement de sa maison (dans notre maison).

Gogogo, la maison du lutin ! Petite fouille rapide pour trouver un petit présent pour les détectives…Tous ravis mais quand même pas bien rassurés de mettre les mains dans la maison du lutin. C’est fou le pouvoir des mots et d’une micro mise en scène sur les enfants (pourvu que ça dure un peu).

Si le livre / jeu est disponible, vous pourrez l’acheter chez notre partenaire Ludocortex (17,90€). S’il n’est pas disponible tenter de cherche le second tome : « Ma première aventure : à la découverte de l’Atlantide ».